G.fast, le nouveau standard qui portera les connexions DSL à 1 Gbps

G.fast est une nouvelle norme qui promet des vitesses de 1 Gbps pour les connexions DSL. c'est-à-dire les connexions qui utilisent la boucle d'abonné sur une paire de cuivre.

,,,,

Il semble que c’était hier que nous utilisions, pour nous connecter à Internet, les modems analogiques bruyants qui établissaient une connexion de données sur notre ligne téléphonique (et la maintenaient occupée). Pendant longtemps, ce type de connexion à distance constituait la passerelle de nombreux utilisateurs d’Internet des années 90. Des années plus tard, des technologies telles que l’ ADSL, l’ ADSL2 ou le VDSL ont ouvert la voie aux connexions haut débit, qui étaient également Ils ont pris en charge notre ligne téléphonique mais nous ont permis de passer et de recevoir des appels sans avoir à cesser de nous connecter à Internet. En fait, ils nous ont permis d’être toujours connectés.

Les technologies DSL ont été la base sur laquelle l’accès à Internet de millions d’utilisateurs du monde entier a été articulé: un accès basé sur une infrastructure déjà déployée (la boucle d’abonné sur une paire de cuivre), que nous avons compressé. au maximum et, avec le temps, nous avons constaté qu’elle était passée d’offrir uniquement des appels vocaux à des connexions voix, données haut débit et même des services de télévision sur IP (tels que Movistar Televisión).

En offrant, dans les premières années de l’ADSL, une vitesse de téléchargement de 1 Mbps, nous avons atteint les 50 Mbps actuels de VDSL2 +, un niveau que nous pensions avoir atteint le plafond et qui, par conséquent, ne nous permettrait pas de serrer davantage la boucle. d'abonné de cuivre. FTTH est la prochaine étape que nous avons atteinte. La fibre optique ouvre les portes aux connexions de 100 Mbps, voire 1 Gbps . Mais, d’un autre côté, il faut déployer de nouvelles infrastructures pour modifier la boucle d’abonné cuivre par une fibre optique qui relie le domicile des utilisateurs aux centres de commutation des opérateurs.

Image: Jeremy Brooks sur Flickr

Est-il possible d'étirer davantage la paire de cuivre?

Le recâblage des villes est un processus qui prend du temps et l'intégration de la fibre optique chez les utilisateurs est un processus progressif inclus, par exemple, dans les plans de modernisation tels que la stratégie numérique pour l'Europe et la stratégie numérique pour l'Espagne. Avec l'augmentation des services disponibles sur Internet (vidéo à la demande, jeux en ligne, réseaux sociaux, services de messagerie, stockage en nuage, etc.) et les besoins en bande passante de cette nouvelle génération de services, Il est nécessaire d'explorer de nouvelles technologies pour compléter le FTTH avec l'infrastructure existante et, en outre, permettre d'offrir encore plus de vitesse aux utilisateurs.

La solution à ce problème a été forgée à l' UIT, à savoir l' Union internationale des télécommunications . L’UIT est une organisation internationale qui dépend des Nations Unies, qui regroupe des organismes de réglementation supranationaux ainsi que, bien entendu, des fabricants et des opérateurs, pour définir les normes qui cimentent les technologies et les services de télécommunication que nous utilisons quotidiennement.

L'UIT a travaillé à la définition d'une nouvelle norme capable de tirer davantage parti de la paire de cuivre et d'allonger sa durée de vie utile. une norme appelée G.fast qui nous offrira des connexions DSL jusqu’à 1 Gbps . En d'autres termes, grâce à cette norme, nous pourrions profiter de connexions aux services vidéo à la demande avec une qualité HD, en utilisant l'infrastructure actuelle et, surtout, en facilitant grandement l'installation du service.

Supposons que G.fast offre les vitesses de la fibre optique avec les installations d’installation de l’ADSL, une combinaison d’avantages qui rend cette norme très attrayante.

Image Mikineator sur Flickr

G.fast, le nouveau standard ITU

Qu'est-ce que G.fast nous offre? Quelle est cette norme? Comme nous l’avons dit, G.fast promet des connexions jusqu’à 1 Gbps sur l’infrastructure à paire de cuivre; c'est-à-dire des connexions similaires à celles qui pourraient être offertes sur FTTH, sans qu'il soit nécessaire de procéder à un nouveau déploiement des infrastructures des centres de commutation au domicile de l'utilisateur.

Comme pour les connexions DSL actuelles, la vitesse réelle offerte par G.fast dépendra de sa distance au centre de commutation de services. Si nous nous éloignions du centre, la vitesse de la connexion ADSL diminuait; Dans G.fast, quelque chose de similaire se produira puisque, pour le moment, le rayon de couverture maximum sera de 250 mètres .

Peut-être 250 mètres peuvent sembler peu, mais, en réalité, c'est une opportunité intéressante pour compléter le déploiement du FTTH. Offrir 1 Gbps dans un rayon de 250 mètres par rapport au centre de commutation impliquerait que le besoin de déploiement soit nul dans cette zone et que, par conséquent, les efforts pourraient être investis pour couvrir d'autres zones un peu plus éloignées. En fait, ce niveau de 250 mètres aurait pour objectif d'obtenir la meilleure qualité de service et, par conséquent, le rayon pourrait être étendu. Cela permettrait de proposer un large spectre de vitesses nominales, à l’instar de ce qui se fait actuellement avec l’ADSL, afin de prolonger la durée de vie de l’infrastructure paire de cuivre.

Un autre détail intéressant concerne l’ installation du service au domicile de l’utilisateur . Ne pas avoir à modifier l'infrastructure et, par conséquent, continuer à utiliser la boucle d'abonné qui atteint le domicile de l'utilisateur, implique que l'installation de l'accès aux données sera extrêmement rapide. A tel point que la formule du kit d' installation automatique pourrait être maintenue et que l'utilisateur recevrait un routeur qu'il pourrait installer dans un processus aussi simple que "plug and play " ( plug & play ).

Connexions Gigabit sur paire de cuivre: une réalité de plus en plus proche

Tout cela est remarquable sur le papier, mais le papier a la propriété unique de pouvoir supporter n'importe quoi. L'UIT a fixé une feuille de route : l'année 2014 est marquée comme la date à laquelle cette norme pourrait être prête après même avoir passé une première phase expérimentale de caractérisation et d'ajustement du service.

Au cours de cette phase pilote de G.fast réalisée par Alcatel-Lucent et Telekom Austria, des débits de 800 Mbps ont été atteints à 100 mètres du centre de commutation et à 1, 1 Gbps à 70 mètres. du centre de commutation. Ces valeurs ouvrent la porte à un avenir dans lequel la paire de cuivre aura encore beaucoup à dire en tant que pilier de nos infrastructures de communication, même dans les réseaux de nouvelle génération .