Les possibilités d'un iPhone sans déverrouiller avec une empreinte digitale

L'élimination possible du lecteur d'empreintes digitales dans le nouvel iPhone ne laisserait qu'une possibilité: le déverrouillage du visage.

,,

Comme chaque année, les rumeurs et les fuites concernant les décisions qu'Apple pourrait prendre sur l'hypothétique iPhone traditionnellement présenté et mis sur le marché en septembre ne vont pas cesser de se produire. Dans l'édition du dixième anniversaire (qui n'est pas le dixième modèle iPhone), le plus pertinent semble être qu'Apple suivra la tendance consistant à éliminer autant que possible les cadres avant, ce qui est relativement compliqué dans la mesure où il se trouve dans cette partie du terminal où le bouton de démarrage est situé, qui comprend le Touch ID, votre lecteur d’empreintes digitales.

On a beaucoup parlé du nouvel emplacement possible du lecteur. La possibilité la plus réalisable était de le déplacer vers l’arrière, là où nombre de ses concurrents l’avaient, voir Huawei, Samsung, LG, etc. Le problème est que cela implique un changement de philosophie et de confort pour vos clients, déjà habitués à déverrouiller sans avoir à soulever ou à contourner le terminal. D’autres possibilités plus rocambolescas se présentent comme Sony, pour situer le lecteur dans le bouton d’allumage, mais il faudrait changer tout le design et ne pas toujours l’atteindre bien pour que la lecture soit précise.

Cela conduit à la prise de décision inévitable: l'idéal est que le lecteur se cache derrière l'écran, comme le propose Qualcomm pour 2018, mais le problème est que la production en série n'est apparemment pas prête et que la précision de lecture ce n'est toujours pas si rapide ni sûr, ce qui serait un pas en arrière. C'est à partir de là que des analystes comme Ming Chi Kuo ou Mark Gurman parlent de la possibilité qu'Apple supprime le lecteur d'empreintes digitales comme une option permettant de faire place au déverrouillage du visage.

Ce n'est pas une nouvelle méthode. Le statut de déverrouillage du visage dans les terminaux Android depuis que Google l’a implémenté dans Jelly Beam en 2012, mais a toujours eu à faire face au problème de ne pas être un système sécurisé, au point d’être déverrouillé avec des photos même à faible résolution. Cependant, il existe d'autres méthodes plus complexes telles que la reconnaissance de l'iris inaugurée par Samsung avec le Galaxy Note 7 ou Windows Hello, qui permet, grâce à un capteur infrarouge, de reconnaître correctement le visage, même sans lumière.

Il semblerait que la proposition d’Apple pourrait être un mélange de ce dernier, mais fournirait beaucoup plus d’informations sur le visage grâce à un scan 3D qui exigerait toujours que ces informations ne soient pas trompées, contrairement à ce qui s’est passé avec les cas mentionnés. même l'iris a été reproduit avec une photo.

Au-delà de la sécurité, qui est toujours le facteur le plus important, il y a le fait de la vitesse, mais aussi le facteur non moins important de la commodité. Avec Touch ID, Apple a mis sur le bouton sur lequel on appuyait à tout moment la possibilité de nous identifier pour des tâches comme payer, sans avoir à regarder l'écran. Si vous optez pour la solution de numérisation 3D en tant que seul facteur biométrique, il est difficile de ne pas perdre de vitesse et surtout de ne pas générer de frustration si les exigences de déverrouillage impliquent de regarder en un point, comme le prétend Samsung.